Comment la maladie d'Alzheimer commence - Causes, symptômes et traitement

La maladie d'Alzheimer est une maladie neurodégénérative incurable qui affecte principalement les personnes âgées.

Il se développe en raison de la destruction des cellules nerveuses qui transmettent les impulsions entre les structures cérébrales. Il en résulte une détérioration rapide et irréversible de la mémoire. Une personne atteinte de cette maladie perd par la suite la capacité de se servir elle-même. C'est-à-dire que cela commence à dépendre complètement des autres.

C’est ce processus pathologique qui est considéré comme la forme de démence la plus répandue - la démence - chez les personnes âgées. Il survient dans 35 à 45% des cas, et il est particulièrement courant dans les pays développés.

Histoire de cas

Dans la Grèce antique, médecins et philosophes ont expliqué le déclin de l'activité mentale de l'homme par le processus naturel du vieillissement du corps. Et seulement en 1901, une autre maladie a été notée et enregistrée par le psychiatre allemand Alois Alzheimer, qui a ensuite été nommé en son honneur.

En 1907, à la mort du patient Augusta Deter, surveillé par Alzheimer, il publia les résultats de ses recherches. Cinq ans plus tard, 11 autres cas de symptômes, précédemment mentionnés par un médecin allemand, ont été décrits dans la littérature médicale. Cependant, dans certaines publications, le syndrome a déjà été appelé "maladie d'Alzheimer".

Mais ce fut Emil Kraepelin qui fut le premier à le faire. En 1910, lors de la publication du huitième volume de son manuel de psychiatrie, la maladie d'Alzheimer était comptabilisée comme un sous-type de démence du pénis. Parallèlement, la pathologie s'appelait "démence présénile". Le diagnostic de maladie d’Alzheimer pendant la plus grande partie du XXe siècle a été posé à des patients âgés de 45 à 65 ans. C’est-à-dire que les médecins ont trouvé des signes de démence présénile chez des personnes relativement jeunes.

Cependant, tout cela a changé en 1977, lorsque les participants à la conférence sur la maladie ont conclu que les caractéristiques pathologiques et cliniques de la démence présénile et de la démence sénile ne différaient pas beaucoup les unes des autres. Bien qu'ils n'excluent pas la possibilité de différences étiologiques entre ces états.

Au fil du temps, le diagnostic de la maladie d'Alzheimer a commencé à être posé quel que soit l'âge du patient. Ainsi, le terme a été officiellement adopté dans la nomenclature médicale. Et aujourd'hui, il s'agit d'une maladie diagnostiquée chez des patients de différentes classes d'âge et qui se manifeste par un certain nombre de symptômes neuropathologiques caractéristiques.

Causes et facteurs de risque

Les facteurs prédisposant au développement de la maladie d'Alzheimer peuvent ne pas être disponibles et peuvent être modifiés. Le premier comprend:

  • âge du patient (plus de 65 ans);
  • prédisposition génétique;
  • anomalies dans le code génétique. En particulier, si des défaillances étaient détectées dans l'allèle pae E4 du gène APOE, il ne s'agissait plus d'un facteur de risque, mais d'un constat factuel. Si une violation similaire était constatée chez un enfant, la probabilité de développer la maladie d'Alzheimer à l'avenir serait de près de 100%.

Les facteurs qui sont des processus réversibles et peuvent être modifiés même sans intervention médicale peuvent être comptés:

  1. Troubles cognitifs (troubles de la mémoire légers) chez les jeunes. Si l'anomalie était traitée rapidement et que sa progression était stoppée avec succès, le risque de développer la maladie d'Alzheimer diminuait ensuite de manière significative.
  2. Maladies du coeur, des vaisseaux sanguins et du système endocrinien, accompagnées par le développement d'une hypoxie chronique du cerveau (athérosclérose, hypercholestérolémie, hypertension, diabète, etc.).
  3. Mauvaises habitudes Cela concerne en particulier le tabagisme.
  4. Blessures permanentes à la tête ou complications graves d'une lésion à la tête entraînant des processus pathologiques irréversibles ou chroniques dans le cerveau.

C'est intéressant. Les scientifiques ont établi une relation étroite entre le développement intellectuel humain et le risque de développer un BA. Chez les personnes très instruites, la pathologie est beaucoup moins fréquente. Cela est dû à une importante amélioration des réseaux de neurones du cerveau, utilisée pour résoudre des problèmes complexes.

Les véritables causes de la maladie d'Alzheimer ne sont pas identifiées aujourd'hui. Cependant, les chercheurs ont fait un grand pas en avant pour résoudre un mystère aussi difficile en trouvant les gènes responsables de la susceptibilité d'une personne à la démence. Un fait scientifiquement prouvé est qu'un grand nombre de cellules cérébrales détruites entraîne une réduction significative des capacités mentales de l'homme.

Les premiers signes de la maladie d'Alzheimer

Les symptômes de la maladie d’Alzheimer, qui en est au stade initial de développement, sont plutôt flous. Il est donc extrêmement difficile de les distinguer des signes de maladies cardiovasculaires ou d’autres maladies neurologiques. Au début, une personne malade manifeste un comportement inhabituel, une étrangeté qui est souvent ignorée par les autres. Mais ce sont précisément ces anomalies qui parlent du stade initial de la pathologie - la prédiction. Il présente des symptômes sous la forme de:

  • réduire la concentration de l'attention, la confusion et la confusion du patient lorsqu'il est nécessaire d'accomplir une tâche qui nécessite de l'attention et une réflexion active;
  • altération de la mémoire, jusqu'à des difficultés avec les souvenirs de la veille, hier ou il y a une demi-journée;
  • l'incapacité de mémoriser de nouvelles informations ou des événements (importants et pas du tout);
  • difficulté à se concentrer sur les tâches;
  • l'oubli, manifeste dans la vie quotidienne. Par exemple, les patients souffrant de prémédiation oublient souvent d’effectuer des procédures hygiéniques, de se nettoyer eux-mêmes ou d’exécuter d’autres actions simples. Les problèmes de libre-service sont l’un des symptômes les plus alarmants de l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

La confusion des pensées, l'incapacité de les rassembler "en un tas", les "gels" fréquents ou l'inhibition constante des pensées lorsque l'on parle aux gens est également l'un des symptômes de la prédétermination. Cela devrait particulièrement alerter les proches, si auparavant la personne était un interlocuteur intéressant et pouvait soutenir toute conversation.

Des symptômes similaires peuvent être observés environ 8 ans avant le développement de la maladie elle-même. Un tel tableau clinique est appelé "déficience cognitive légère" et peut signaler le développement d'autres pathologies neurologiques, ainsi que de maladies affectant les vaisseaux sanguins et le cerveau humain.

Les personnes dont les antécédents familiaux ne présentent pas de tels troubles et qui n’avaient auparavant aucun problème avec la santé du système cardiovasculaire peuvent marquer indépendamment l’apparition de symptômes alarmants. Si auparavant la solution de certaines tâches ou la mémorisation de diverses informations étaient données facilement, il ne serait pas difficile de noter la détérioration de ces processus. Dans le même temps, le patient lui-même est capable de les remarquer beaucoup plus tôt que son entourage, ce qui peut facilement imputer de telles déviations au processus de vieillissement d'une personne malade.

Symptômes et stades de la maladie d'Alzheimer

Tout au long de son développement, la pathologie passe par 4 étapes. Chacun d’eux diffère de l’intensité antérieure de la progression des anomalies cognitives et fonctionnelles.

Prédiction

Les premières manifestations de la maladie d’Alzheimer à un stade précoce de son développement sont souvent confondues avec l’approche de la vieillesse ou la réaction spécifique du corps à une situation stressante. Lors des tests neurocognitifs, des anomalies dans le travail du cerveau sont détectées 8 ans avant le début de la progression active de la maladie.

Ces symptômes peuvent survenir lors de l'exécution des tâches les plus simples. Ainsi, les patients subissent une altération significative de la mémoire, ce qui les empêche de mémoriser des informations élémentaires ou d’évoquer des événements survenus récemment.

En outre, au stade précoce de la maladie d’Alzheimer, le patient peut présenter des anomalies telles que:

  • incapacité à se concentrer sur des actions spécifiques;
  • altération de la flexibilité cognitive;
  • violations de la pensée abstraite;
  • réduire la mémoire sémantique, etc.

L'apathie se manifeste souvent au stade prématuré, l'un des symptômes les plus persistants du stade précoce de la maladie d'Alzheimer. Le stade de "déficience cognitive légère" est également appelé stade de "déclin cognitif léger". Cependant, il existe aujourd'hui des débats scientifiques sur l'opportunité de laisser une telle désignation de symptômes pour la phase initiale du processus pathologique ou d'attribuer une unité de diagnostic distincte.

Démence précoce

La détérioration progressive de la mémoire et la progression de l'agnosie sont les symptômes par lesquels le diagnostic de la maladie d'Alzheimer sera tôt ou tard confirmé. Chez certains patients, les principaux symptômes de la maladie ne sont pas des problèmes de mémoire, mais des troubles de la parole, une incapacité à effectuer certaines actions et des troubles moteurs.

Le processus pathologique a des effets différents sur tous les aspects de la mémoire humaine. Cependant:

  • des souvenirs d'événements anciens faisant partie de la mémoire épisodique;
  • mémoire sémantique associée à des faits appris de longue date;
  • la mémoire implicite, responsable de l'enchaînement de certaines actions,

Ce sont les aspects les moins sujets à frustration. Mais on ne peut en dire autant des événements récents ou des nouvelles informations. Dans ce cas, les difficultés de mémorisation apparaissent aussi clairement que possible.

L'aphasie se traduit par une réduction significative du vocabulaire humain et une diminution de la fluidité de son discours. En conséquence, le patient a de sérieuses difficultés d'expression orale et écrite de ses pensées.

À ce stade du développement de la maladie, une personne est encore tout à fait capable de fonctionner normalement avec des concepts élémentaires en communication verbale. Mais lors de l'exécution de tâches nécessitant la connexion de la motricité fine des mains, ses mouvements deviennent maladroits. Cela indique une violation de la coordination et de la planification de ces mêmes mouvements.

Au fur et à mesure que le processus pathologique progresse, le patient est capable de réaliser certaines tâches de manière autonome. Mais lorsqu'il s'agit d'une situation dans laquelle des efforts cognitifs spéciaux sont nécessaires, le patient a presque toujours besoin d'aide ou de contrôle extérieur.

Démence légère

L'état du patient se détériore rapidement, ce qui réduit considérablement son aptitude à effectuer certaines actions de manière autonome. Le patient est atteint de paraphasie - une déviation caractérisée par la sélection de mots incorrects en échange de phrases appropriées à une situation particulière. Peu à peu, le patient perd ses compétences en écriture et en lecture.

La plupart des tâches quotidiennes deviennent un obstacle sérieux pour une personne - elle ne peut tout simplement pas y faire face en raison du manque de coordination des mouvements. Les problèmes de mémoire sont exacerbés, le patient peut même ne pas reconnaître ses plus proches parents et les personnes qu'il connaît.

Il existe une violation de la mémoire à long terme, qui n'avait pas encore subi de changements négatifs. De ce fait, des anomalies dans le comportement des patients deviennent de plus en plus apparentes.

Le patient commence à souffrir de troubles neuropsychologiques se manifestant par:

  • tendance au vagabondage;
  • labilité émotionnelle, quand la colère cède la place à la bonne humeur et au rire - état de pleurs et de dépression;
  • exacerbations du soir;
  • irritabilité;
  • attaques d'agression déraisonnables et autres.

Chez 30% des patients, divers symptômes de délire sont prononcés. Parfois, dans le contexte de troubles mentaux, une incontinence urinaire peut se développer. Étant donné que de telles manifestations peuvent conduire à l'apparition de stress chez le proche parent du patient, ce dernier, en cas de telles déviations, vaut mieux le placer à l'hôpital.

Démence sévère

La démence sévère est le dernier et le plus grave stade de la maladie d'Alzheimer. A ce stade, le patient ne peut plus agir de manière autonome et dépend totalement de l'aide extérieure.

Vocabulaire progressivement réduit. Au début, le patient est traité avec des phrases radieuses, puis avec des mots séparés. En conséquence, il perd complètement ses compétences orales. Cependant, malgré cela, les patients conservent la capacité de prendre conscience des actions et des paroles d’autres personnes.

De temps en temps, le patient subit une poussée d'agression soudaine. Mais le plus souvent, son état est apathique, détaché. Il ne peut pas se passer d'aide extérieure pour effectuer diverses tâches quotidiennes.

Au dernier stade de la maladie d'Alzheimer, une personne présente des signes d'épuisement physique. Il est en train de perdre de la masse musculaire et a des difficultés à bouger. Il a donc également besoin d'aide extérieure. Peu à peu, la situation est aggravée par l’incapacité du patient à manger de façon autonome.

La mort dans l'asthme peut survenir en raison de l'impact négatif de facteurs externes. Ceux-ci peuvent être le développement de pneumonies ou d'ulcères. La maladie d'Alzheimer, en tant que telle, n'entraîne jamais la mort d'un patient.

Diagnostics

Les premiers signes avant-coureurs de l'apparition de la maladie d'Alzheimer ne peuvent être ignorés. Tout d’abord, une enquête est menée, qui permet d’identifier les conditions préalables au développement de cette pathologie et de détecter ses symptômes initiaux.

En outre, le patient doit passer des tests cliniques, subir une TDM ou une IRM du cerveau, un cardiogramme, des recherches sur la thyroïde et une encéphalographie. En outre, une procédure spéciale peut être prescrite par un médecin - un PET scan du cerveau.

Le diagnostic est établi sur la base de l'analyse de la vie du patient, des antécédents familiaux, des résultats obtenus lors des procédures de diagnostic instrumentales. Il est également important d'éliminer l'impact possible des comorbidités.

Sur la base d’examens approfondis et d’une analyse approfondie, un spécialiste peut déterminer avec précision si la maladie d’Alzheimer se produit réellement. Cependant, parfois, pour confirmer l'exactitude du diagnostic, une biopsie supplémentaire du tissu cérébral est nécessaire.

Peut-on guérir de la maladie d'Alzheimer?

Le traitement de l'asthme consiste à ralentir ou à stopper la progression du processus pathologique et à arrêter les symptômes associés. Si le traitement est commencé à temps, il est possible de prévenir de manière significative la perte de fonctions cognitives chez un patient.

La médecine moderne ne dispose pas encore de produits médicaux capables de guérir complètement une maladie dangereuse. Cependant, il existe des outils qui peuvent considérablement faciliter la vie du patient.

Méthodes de traitement

La pharmacothérapie est effectuée pour restaurer la mémoire et la pensée d'un patient avec BA. En outre, des efforts sont déployés pour mettre fin aux troubles émotionnels tels que la dépression, l'excitabilité excessive, les hallucinations. À cette fin, recourez à:

  1. Inhibiteurs de la cholinestérase. C'est la base du traitement médicamenteux de la maladie d'Alzheimer. Le processus pathologique se développe dans le contexte d'un déficit aigu en acétylcholine, responsable de la mémorisation des faits et des événements. Les médicaments empêchent la destruction de cet acide aminé et contribuent à son accumulation dans l'organisme. Les stades initial et intermédiaire de la maladie sont traités principalement avec des médicaments tels que la rivastigmine et la galantamine. Dans les situations graves, le donépézil est prescrit.Si le dosage prescrit par le médecin est respecté, le traitement chez les patients atteints de BA se déroule facilement.
  2. La mémantine La maladie d'Alzheimer provoque une accumulation excessive de glutamate dans le corps. Cette substance entraîne la destruction des cellules du cortex cérébral. Le médicament réduit les effets destructeurs du glutamate et, au contraire, prolonge la période pendant laquelle le patient est capable de se servir. En règle générale, les médicaments sont prescrits aux patients atteints de la maladie d'Alzheimer modérée ou grave.
  3. Drogues psychotropes. Ils sont nécessaires pour les patients souffrant de dépression et de troubles du sommeil. Des neuroleptiques ou des tranquillisants peuvent également être prescrits pour soulager ou éliminer les symptômes. Cependant, ces fonds ne sont pas prescrits en l'absence de dépression ou d'insomnie chez les patients.
  4. Tranquillisants Ils aident à soulager le stress psycho-émotionnel, à arrêter la dépression et à améliorer le sommeil. En même temps, il n’ya aucun effet sur la mémoire fonctionnelle et la pensée. Les préparations en parallèle ont un effet relaxant et anticonvulsivant. Étant donné que les tranquillisants ont de nombreux effets secondaires, ils doivent être nommés exclusivement par un spécialiste.
  5. Neuroleptiques. L’opportunité d’utiliser ce groupe de médicaments est due au développement d’états psychopathiques. Mais leur nomination peut entraîner une augmentation de la démence.
  6. Antidépresseurs Ils sont nécessaires pour débarrasser le patient de la dépression et de l'apathie.
  7. Antioxydants ayant un effet positif sur la microcirculation sanguine et l'hémodynamique. Ils contribuent également à augmenter la période pendant laquelle le patient est capable de se soigner lui-même.

La pharmacothérapie est nécessairement complétée par des techniques de médecine sociale:

  • cognitif;
  • émotionnel;
  • stimulant;
  • comportementale.

Seule une approche intégrée utilisant les techniques ci-dessus permet de ralentir significativement la progression de la pathologie. Dans certains cas, les médecins peuvent rétablir les compétences et les habiletés précédemment perdues par le patient, même partiellement. L'art thérapie, la musicothérapie, la zoothérapie, etc. ont également un effet positif sur la santé des patients.

Régime alimentaire

Si les symptômes de la maladie d'Alzheimer commencent tout juste à apparaître, ainsi que pour prévenir le développement de pathologies, il est conseillé aux patients de suivre un régime méditerranéen spécifique. Cela implique l'enrichissement de l'alimentation quotidienne en légumes et fruits frais, différentes sortes de céréales, du vin rouge (en quantité raisonnable) et des plats de poisson. L'utilisation de grandes quantités de produits enrichis en vitamines B3 et B12, en acides ascorbiques et foliques est d'une grande importance.

La prohibition la plus stricte est le tabagisme et l’utilisation d’esprits. Il vaut mieux privilégier les agrumes et les fruits de mer enrichis en vitamine B9.

Il est très important de contrôler la quantité de fluide consommée. Son volume ne devrait pas être inférieur à 1,5 litre par jour.

Excellente aide pour améliorer l'activité cérébrale dans les produits pour abeilles atteints de la maladie d'Alzheimer. Au moins 3 cuillères à soupe de miel sont recommandées par jour.

Prendre soin d'un malade

Le patient, à qui on a diagnostiqué un stade sévère de la maladie, a besoin de l'aide de parents et d'amis, car sa capacité de prendre soin de soi est perdue. Pour aider le patient, vous devez suivre ces règles simples concernant ses soins:

  1. Développez un régime quotidien qui facilitera grandement l'orientation du patient dans le temps. Essayez de vous baser sur les activités qui occupent le patient avant d’identifier la démence.
  2. Essayez d’utiliser le plus grand nombre possible de pointeurs lumineux et multicolores, ce qui aidera une personne titulaire d’un BA à naviguer dans le temps et l’espace. Accrocher à la porte de la maison des images riches en couleurs, avec des instructions et des noms clairs de certains objets. Sur le mur de la chambre du patient, vous pouvez poser une grande affiche avec le mode développé du jour. Bien influence sur l'état émotionnel et les fonctions cognitives des images du patient de ses proches et de ses proches.
  3. Pour donner au patient le sentiment qu'il est capable de faire quelque chose par lui-même, donnez-lui des tâches simples. Assurez-vous de le féliciter pour chaque tâche accomplie avec succès.
  4. Évitez les discussions en présence du patient, de son état et de sa maladie en tant que telle. De cette façon, vous pouvez lui causer un préjudice psychoaffectif grave et miner son estime de soi.
  5. La communication avec le patient doit être chaleureuse et détendue. Soulignez la sincérité de vos mots avec des gestes, des contacts, des expressions faciales.
  6. Ne pas entrer en conflit avec le patient - son comportement agressif n’est pas de sa faute, il est influencé par la maladie existante.

De plus, certaines précautions doivent être prises pour prodiguer des soins aux patients. Ils doivent:

  • retirer tous les objets potentiellement dangereux de la vue du patient;
  • les clés de l'appartement, les valeurs matérielles et les documents doivent être conservés dans un endroit inaccessible (mieux verrouillé);
  • permettre au patient de se déplacer librement autour de la maison (enlevez les saillies, recouvrez le sol de tapis afin qu’il ne glisse pas, etc.);
  • s'assurer que le patient n'a pas faim ou, au contraire, éviter de trop manger;
  • sortir de la chambre d'une personne atteinte de BA tous les petits objets qu'il peut avaler;
  • pendant les procédures à l'eau, retirez tous les miroirs de la salle de bain et ne lavez jamais le patient sous la douche;
  • observez attentivement le comportement du patient en marchant, car de nombreuses personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ont un désir déraisonnable de vagabondage dans la rue;
  • pour la sécurité du patient, indiquez l’adresse et le numéro de téléphone du contact sur un morceau de papier, puis rangez ces informations dans la poche du service;
  • les promenades doivent être effectuées dans des endroits calmes, car des sons forts ou forts peuvent effrayer ou désorienter le patient;
  • Ne permettez pas un changement brutal de la situation - les patients asthmatiques réagissent très fortement à cela;
  • ne laissez pas le service entrer en contact avec de puissants irritants - lumière trop forte ou son trop fort, etc.

Si le patient est trop agité, consultez un médecin pour vous prescrire le traitement nécessaire.

Prévisions

La démence précoce crée de graves difficultés en termes de diagnostic. Le diagnostic est donc souvent posé même lorsque les troubles cognitifs graves deviennent bien marqués. Peu à peu, des déviations mineures se développent, à la suite desquelles le patient perd la capacité de penser, de mémoriser, etc.

Hélas, le pronostic pour la maladie d'Alzheimer est très décevant. En raison de la propension de la pathologie à la progression, le taux de mortalité chez les personnes avec un diagnostic similaire est presque 100%. En règle générale, après le diagnostic, les patients peuvent vivre environ 7 ans, mais ce n’est qu’une prévision approximative. Et dans seulement 3% des cas, le patient vit 14 ans. Dans 70% des cas, le décès est causé par la maladie elle-même, mais il n'est pas rare que des patients décèdent d'une pneumonie ou d'une déshydratation.

Prévention

De nombreuses personnes familiarisées avec les signes de la maladie d'Alzheimer et ayant constaté des symptômes inquiétants chez elles-mêmes ou chez leurs proches tentent de prévenir leur aggravation par tous les moyens disponibles. Tout d'abord, il convient de rappeler qu'il est nécessaire de s'assurer que les symptômes désagréables associés à ce trouble. De plus, il n'y a pas de prévention spécifique de la maladie d'Alzheimer.

Néanmoins, il est allégué que si vous commencez immédiatement à développer et à améliorer les fonctions cognitives, cela contribuera à sauver la situation. Vous pouvez donc jouer aux échecs, apprendre des poèmes ou des chansons, apprendre à jouer d'un instrument de musique, etc.: il y a vraiment beaucoup d'options.

Parallèlement, il existe une perception selon laquelle seul un régime excluant totalement les produits nocifs peut enrayer la progression de la pathologie. Peut-être que les deux points de vue ont le droit d'exister et sont en partie corrects. Par conséquent, il est préférable d'aborder la question de la prévention de la maladie d'Alzheimer de manière globale et d'adopter les deux méthodes décrites ci-dessus.

Ce qui exige vraiment une attention particulière de la part d'une personne qui craint de développer la maladie d'Alzheimer, c'est le risque de développer des maladies vasculaires. C'est sur leur prévention que toutes les forces doivent être jetées. Le fait est que l'hypercholestérolémie, l'hypertension, le diabète sucré et d'autres pathologies augmentent non seulement le risque de développer la maladie d'Alzheimer, mais en aggravent également considérablement l'évolution, devenant ainsi des causes fréquentes de décès pour le patient.

Loading...

Laissez Vos Commentaires