Adhérences dans le bassin - de quoi s'agit-il et comment les traiter?

Les adhérences dans le bassin sont formées de tissu conjonctif et peuvent être localisées entre les parois de l'utérus et ses appendices, la vessie ainsi que les boucles et les ligaments du rectum.

Ils entraînent l'apparition de douleurs ainsi que d'autres symptômes désagréables. L'intensité et les caractéristiques de leur manifestation dépendent du stade du processus pathologique. Si non traité, cela peut conduire à une infertilité secondaire.

Si une femme présente les premiers signes de cette pathologie, il est impossible de tarder à consulter un médecin et à poser un diagnostic. Dans certains cas, le traitement peut être effectué exclusivement par chirurgie. Mais pour la prévention des adhérences dans le bassin, vous pouvez utiliser les recettes de la médecine alternative.

Qu'est ce que c'est

La cavité abdominale est bordée d'une membrane séreuse fermée. Il est formé de 2 feuilles qui passent facilement l'une dans l'autre. La couche pariétale recouvre toute la surface de la cavité abdominale et du petit bassin ainsi que la couche viscérale - les organes internes.

L'objectif principal du péritoine est d'assurer la libre mobilité des organes et de réduire leurs frictions. Il protège les organes internes contre les infections et préserve le tissu adipeux de la cavité abdominale. Une hypoxie se développe dans la zone touchée par le processus pathologique sous l’influence de facteurs indésirables. De plus, la situation peut évoluer dans 2 directions:

  • restauration indépendante (physiologique) des tissus péritonéaux endommagés;
  • le développement des adhérences.

Lorsque des adhésions sont formées, le processus d’adhésion (accrétion) de différentes parties du péritoine viscéral ou des tissus de ce dernier avec la feuille pariétale se produit.

Ce n'est pas un processus éclair: la formation d'adhérences se fait en plusieurs étapes:

  1. Phase réactive. Cette étape dure 12 heures après la violation de l'intégrité du tissu péritonéal.
  2. Stade exsudatif (1-3 jours). Il se caractérise par une augmentation de la perméabilité des vaisseaux sanguins. Sous l'influence de ce processus, les cellules inchangées et inflammatoires, ainsi que la fraction liquide du sang contenant du fibrinogène, pénètrent dans la cavité du bassin.
  3. Stade d'adhésion. Le troisième jour, le fibrinogène est transformé en fibrine située à la surface du péritoine sous forme de filaments. Les cellules constantes forment des fibroblastes qui synthétisent le collagène, composant principal du tissu conjonctif.
  4. Phase de jeunes adhérences, d'une durée de 1-2 semaines. De telles formations ont une structure lâche, car la quantité de collagène qu'elles contiennent est encore très faible. Dans l'épaisseur des adhérences commence la formation active et la croissance des vaisseaux sanguins et des fibres nerveuses. Bientôt, les cellules musculaires lisses migrent vers elles.
  5. Cette dernière phase s'accompagne de la formation d'adhérences fibreuses matures constituées de tissu conjonctif. Cette phase peut durer de 14 à 30 jours. L'augmentation de la densité du collagène entraîne leur épaississement et les capillaires se développent en vaisseaux plus grands.

Causes des adhérences dans le bassin

La formation accrue de tissu conjonctif peut:

  1. Processus inflammatoires au niveau des organes pelviens: colpite, endométrite, annexites, paramétrite, etc. Dans ce cas, il peut s'agir d'une phase à la fois aiguë et chronique du processus pathologique.
  2. Opérations transférées. Le risque d'adhérences dans le petit bassin augmente si le patient a déjà subi une opération laparotomique chirurgicale: appendicectomie, césarienne, ablation des appendices utérins, hystérectomie, etc.
  3. Hémorragie dans la cavité pelvienne pendant l'apoplexie ovarienne, la rupture de la trompe de Fallope pendant la grossesse extra-utérine, etc.
  4. Endométriose. Les stades 3 et 4 de cette dangereuse maladie gynécologique sont caractérisés par la formation et la distribution d'adhérences aux organes abdominaux.
  5. Blessures des organes pelviens - ouvertes et fermées.

Selon les études, dans la plupart des cas, les adhérences dans le bassin se forment avec une combinaison de deux causes ou plus. Le développement du processus pathologique peut se produire après des interventions chirurgicales, quand une femme mène une vie sexuelle promiscuité, ainsi que si elle ne reçoit pas de soins médicaux en temps voulu.

Les symptômes

Plus les adhésions sont localisées dans la cavité abdominale, plus les symptômes du processus pathologique vont apparaître de manière vive et intense. Il est généralement divisé en 3 formes: aiguë, intermittente et chronique.

Forme aiguë

Car cette forme d'adhérences est caractérisée par l'apparition de douleurs aiguës et prononcées. Les femmes souffrent d'une augmentation constante de leur intensité, de la présence de nausées et de vomissements. La température corporelle et la fréquence cardiaque augmentent.

L’obstruction intestinale est accompagnée d’une diminution de la pression artérielle, d’une somnolence, d’une faiblesse, d’une diminution de la diurèse quotidienne et d’une constipation. Cette condition nécessite une attention médicale urgente. Souvent, dans de telles situations, recourir à la chirurgie d'urgence.

Forme intermittente

Dans ce cas, la pathologie peut ne pas se manifester. Le syndrome douloureux est faible et peu prononcé et la majorité des patients se plaignent principalement de troubles digestifs.

Forme chronique

Dans ce cas, les symptômes seront soit trop légers, soit n'apparaîtront pas du tout. De temps en temps, une femme souffre de constipation et de douleurs abdominales basses. C'est une forme chronique de pathologie considérée comme la plus courante.

Une déviation similaire est observée dans l'endométriose, ainsi que dans l'évolution latente des infections génitales. Dans ce cas, les femmes ne peuvent pas devenir enceintes et, après avoir adressé cette plainte à leur gynécologue, elles connaîtront pour la première fois leur diagnostic.

Des complications

L'absence de traitement des adhérences dans le bassin peut entraîner de graves et graves complications. Ainsi, la maladie peut conduire à:

  • courbure de l'utérus;
  • rupture de l'ovaire ou de la trompe de Fallope;
  • saignement interne;
  • la septicémie.

Les adhérences dans le bassin font qu'une femme a une grossesse extra-utérine au lieu d'une conception normale, avec toutes les conséquences qui en découlent.

Les complications de la pathologie sont difficiles à traiter, donc si vous présentez des symptômes suspects, vous devriez consulter un médecin dès que possible.

Diagnostics

Les adhérences dans le bassin sont difficiles à diagnostiquer. En règle générale, il n'est pas possible de les identifier lors du premier examen, mais le médecin peut néanmoins les soupçonner.

Afin de ne pas se tromper avec le diagnostic, il est important de procéder à un certain nombre de procédures de diagnostic. Ainsi, le schéma de diagnostic comprend nécessairement:

  • faire un frottis cervical sur la microflore et la cytologie;
  • Test PCR;
  • Échographie;
  • IRM des organes pelviens.

Le diagnostic par ultrasons et l'IRM sont effectués dans tous les cas, puisque ce sont ces procédures qui donnent le maximum d'informations nécessaires pour poser un diagnostic. Parfois, une radiographie de l'utérus est réalisée pour évaluer la perméabilité des trompes Si leur obstruction est détectée, la présence d'adhérences dans le bassin sera presque 100% confirmée.

La laparoscopie diagnostique n'est pas moins courante, au cours de laquelle vous pouvez également déterminer le stade du processus pathologique. Au premier stade de la pathologie, la capture de l'œuf est toujours possible, à la seconde cela devient difficile et à la troisième cela devient complètement impossible.

Comment traiter les adhérences dans le bassin?

Le traitement d’une pathologie dépend du stade de son développement, de la gravité de la manifestation et des complications associées. Lors de la première étape, une thérapie conservatrice complexe peut être effectuée, notamment:

  1. L'utilisation d'antibiotiques. Ils sont nécessaires si le processus d’adhésion est le résultat d’une exposition à la microflore pathogène. Les préparations sont sélectionnées en fonction de la sensibilité des bactéries identifiées à l'un ou l'autre type de substances antimicrobiennes.
  2. Utilisation d'AINS. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés en cas de syndrome douloureux prononcé et d'œdème. En parallèle, ils contribuent à la résorption des adhérences dans les premières étapes de leur formation.
  3. L'hormonothérapie. Les hormones sont utilisées si les adhérences dans le petit bassin résultent d'une adénomyose ou d'une endométriose extragénitale.
  4. L'utilisation de fibrinolytiques. Ce groupe de médicaments contient des enzymes dont l’action principale est la division des brins du tissu conjonctif. En conséquence, les adhérences disparaissent progressivement - en totalité ou en partie.
  5. Vitamine et immunothérapie. Ces médicaments sont prescrits en complément du schéma thérapeutique principal. Ils visent à améliorer le bien-être général du patient et la correction du système immunitaire.

Pour compléter le schéma thérapeutique, des séances de physiothérapie et de balnéothérapie sont prescrites aux patients.

Intervention chirurgicale

En raison de l'inefficacité ou de l'inadéquation d'un traitement conservateur, les médecins peuvent recourir à la chirurgie. Souvent, il est associé à une laparoscopie diagnostique. Une intervention chirurgicale est nécessaire en cas d'évolution aiguë, intermittente et chronique du processus pathologique (uniquement dans la phase aiguë).

Pendant l'opération, la dissection des adhérences et leur élimination. Effectuer cette méthode laparoscopique de manipulation.

Il existe une autre méthode opérationnelle pour traiter les adhérences dans le bassin - l'utilisation d'un laser. Il est conseillé de l'utiliser si:

  • les adhérences ne capturent pas une zone trop large de la cavité abdominale;
  • Il est possible de voir clairement la place des tissus épissés.

Si le processus pathologique a touché une zone trop étendue, une méthode chirurgicale ouverte d'excision des croissances pathologiques est utilisée. Dans ce cas, utilisez un trocart, un outil spécial permettant d'accéder à la cavité pelvienne.

Pour l'excision des adhérences peuvent être appliquées:

  1. Méthode électrochirurgicale, impliquant l’utilisation d’un électrocautère spécial pour la dissection et l’élimination des adhérences.
  2. Méthode Aquadissection. Au cours d'une telle procédure, un fluide spécial est utilisé, sous l'influence duquel les tissus des adhérences sont détruits.

Remèdes populaires

Le traitement des adhérences dans le bassin est possible et l'efficacité peut être très élevée, mais il est préférable de l'exécuter avec les médicaments et les procédures prescrits par le médecin. Dans ce cas, les infusions préparées à base de fleurs et de graines de plantain, d'aneth et de persil frais aident bien. Mais il est nécessaire de discuter de la possibilité d’une telle thérapie avec le médecin, car au mieux, ces outils n’aideront tout simplement pas et, au pire, ils entraîneront une détérioration de la santé du patient.

Prévention

Empêcher le développement de processus adhésifs n'est possible que si le traitement opportun des maladies inflammatoires et infectieuses des organes pelviens. Vous devriez aussi:

  • éviter l'hypodynamie;
  • subir régulièrement des examens gynécologiques par un gynécologue;
  • faire du sport;
  • éviter l'hypothermie;
  • surveiller le poids du corps;
  • pratiquer des relations sexuelles protégées, en particulier lorsque les relations sexuelles sont des relations sexuelles
  • abandonner les opérations si elles ne sont pas effectuées selon des indications strictes;
  • guérir en temps voulu et complètement les maladies infectieuses du tractus génital et des MST.

Pour éviter le développement d’adhérences après une chirurgie ou une maladie inflammatoire des organes pelviens, il est nécessaire:

  • suivre un régime pour éviter la constipation et les ballonnements;
  • suivre un cours de physiothérapie;
  • suivre exactement le mode d'activité physique prescrit par le médecin;
  • planifier la grossesse;
  • éviter les efforts physiques excessifs pendant six mois après l'opération;
  • Consultez votre médecin si vous présentez des symptômes suspects.

Prévisions

Un traitement opportun et correctement prescrit donne un pronostic favorable pour la guérison. Une intervention chirurgicale peut réduire l'intensité de la douleur et restaurer le fonctionnement du système reproducteur d'une femme de près de 60% chez des patientes ayant reçu un diagnostic de maladie adhésive au stade 1-2 du développement.

L'utilisation d'une barrière de gel spéciale contre les adhérences aidera à éviter la récurrence de la maladie à l'avenir.

Loading...

Laissez Vos Commentaires