Le col utérin, est-ce dangereux? Symptômes et traitement

Les polypes cervicaux sont des tumeurs bénignes situées sur les parois du canal cervical.

Les excroissances polypeuses peuvent être le résultat d'une inflammation prolongée dans les organes pelviens et accompagnée d'une stagnation du sang dans le canal cervical. Cependant, la maladie étant également dépendante des hormones, le déséquilibre en œstrogènes dans le corps de la femme peut entraîner le développement de polypose, d’endométriose, de myomatose et d’autres maladies gynécologiques dangereuses.

Polypes - croissances lisses arrondies ou papillaires (en forme de doigt). Ils peuvent être situés sur une base large ou une jambe mince, et peuvent être constitués d’épithélium glandulaire ou de structures de tissu conjonctif. Mais il existe également des types mixtes de polypes cervicaux, qui sont formés à partir des deux types de tissus en même temps.

Ils peuvent être simples et multiples, grands et petits. Le traitement est choisi individuellement, en fonction des antécédents du patient et des caractéristiques de l'évolution de la polypose cervicale.

Les causes

Les causes exactes de la formation de polypes du col utérin à ce jour n'ont pas été établies. Mais les médecins identifient certains facteurs pouvant provoquer ce processus. La polypose peut se développer en arrière-plan:

  • processus inflammatoires chroniques dans les organes pelviens;
  • troubles hormonaux;
  • blessures cervicales.

En parallèle, les gynécologues identifient certains groupes à risque comprenant des femmes:

  • pendant la ménopause;
  • ceux qui ont eu des maladies sexuellement transmissibles;
  • souffrant de diabète.

La grossesse est également une sorte de facteur prédisposant au développement de la polypose cervicale.

Processus infectieux-inflammatoires chroniques

La formation de polypes cervicaux peut être due aux processus infectieux-inflammatoires suivants se produisant sous une forme chronique:

  • la cervicite, dont les provocateurs agissent le plus souvent comme une uréoplasmose ou une chlamydia;
  • endométrite;
  • annexite;
  • papillomavirus humain (papillomatose cervicale).

De tels processus pathologiques violent l'intégrité de l'épithélium, altèrent la régénération des tissus et la fonction des glandes.

Troubles hormonaux

Les troubles hormonaux peuvent survenir dans différentes circonstances, mais leur cause principale est une altération de l'activité ovarienne. En conséquence, il y a une forte augmentation des œstrogènes avec une diminution concomitante des niveaux de progestérone. Dans ce contexte, la muqueuse cervicale s'épaissit, ce qui explique la formation de polypes. Parallèlement, une diminution de la quantité de progestérone entraîne la formation de kystes dans les tissus glandulaires.

Impact traumatique

Avortements, mesures diagnostiques ou thérapeutiques invasives, lésions mécaniques des muqueuses du col utérin pendant les rapports sexuels - tous ces facteurs peuvent conduire à la formation de polypes. Les maladies sexuellement transmissibles sont également capables de provoquer le développement de cette pathologie en raison de processus de régénération altérés.

Symptômes de polypose

En règle générale, avec de petits polypes et un petit nombre de femmes, ne ressentez aucune gêne ni aucun autre symptôme. Mais si la tumeur présente une torsion, ses dommages ou sa perte dans le vagin, les premiers signes précurseurs apparaissent sous la forme de:

  • syndrome de douleur;
  • pertes vaginales sanglantes intermenstruelles;
  • inconfort dans le bas-ventre (pendant les rapports sexuels et pas seulement).

Si la polypose est accompagnée de pathologies résultant de troubles hormonaux et d'une hyperplasie de la membrane muqueuse, la femme présentera des symptômes tels que des troubles menstruels et des douleurs tiraillantes et crampes au bas de l'abdomen et au bas du dos. En cas de cervicite et de maladies infectieuses des organes génitaux, les sécrétions vaginales apparaissent - purulentes, muqueuses, avec une odeur désagréable et une intensité différente.

Comment le polype cervical affecte-t-il la grossesse?

Si une femme réussit à tomber enceinte avec une polypose du col utérin, la maladie n'affectera pas la grossesse du fœtus. Avec une petite taille de tumeurs, le traitement est effectué après l'accouchement. Mais si les polypes sont multiples et volumineux, le médecin peut prescrire un retrait dans les 13 premières semaines de la période de gestation.

Les polypes peuvent empêcher une grossesse dans les cas suivants:

  1. Fond hormonal désordonné. Dans cette situation, on détermine une augmentation du taux d'œstrogène, sous l'effet duquel se produisent l'épaississement et la croissance de la muqueuse utérine. Lorsque les œstrogènes sont élevés, la concentration de progestérone responsable du début de la grossesse est réduite. De tels troubles entraînent une perturbation du cycle menstruel et de l'ovulation. Par conséquent, la fécondation de l'ovule est beaucoup plus difficile. Par conséquent, en cas de polypose du col utérin, il est recommandé à la femme de suivre un traitement pour commencer et ensuite seulement de planifier une grossesse.
  2. Grandes tailles de polypes. De telles tumeurs empêchent les spermatozoïdes d'entrer dans l'ovule. C'est une autre raison pour éliminer les polypes avant de planifier une grossesse.

Des complications

Les polypes identifiés et retirés à temps ne causent aucun préjudice à la santé des femmes. Mais le manque de traitement pendant une longue période peut provoquer la dégénérescence des excroissances en cancer.

De plus, la polypose du col utérin peut causer:

  • anémie grave causée par une perte de sang importante;
  • atteinte des excroissances par les parois du canal cervical (cet effet n'est possible que par voie chirurgicale);
  • aggravation du déséquilibre hormonal;
  • infertilité secondaire;
  • risque élevé d'avortement spontané dans les premiers stades.

La conséquence la plus dangereuse de la polypose est la malignité des tumeurs car, dans ce cas, non seulement la tumeur est enlevée, mais également le corps de l'utérus.

Diagnostics

Pour confirmer ou infirmer le diagnostic, effectuez:

  1. Examen gynécologique à l'aide de miroirs spéciaux. Grâce à cette méthode, l’état du col de l’utérus est évalué visuellement et les néoplasmes présents sont étudiés. Mais cela n'est possible que s'ils sont situés à l'extérieur ou à une courte distance de l'entrée du canal cervical.
  2. Échographie des organes pelviens avec Doppler vasculaire et échographie par ultrasons des excroissances polypeuses. En utilisant cette méthode, vous pouvez déterminer l'emplacement, la structure et la taille des polypes sur les parois utérines.
  3. Colposcopie. L'intervention est réalisée à l'aide d'un colposcope et permet d'évaluer l'état des tissus cervicaux et des excroissances polypeuses. Au cours de cet examen, il est également possible de prélever des tissus pour une biopsie.
  4. Hystéroscopie. Cette méthode est basée sur l'introduction dans le canal cervical d'un instrument spécial muni d'une caméra à la fin, grâce à laquelle vous pouvez examiner en profondeur l'état du col utérin.
  5. Tests cliniques généraux de sang et d'urine.
  6. Test sanguin pour les hormones.
  7. Frottis sur cytologie.
  8. Tests sanguins biochimiques.
  9. Les tests sanguins pour les marqueurs tumoraux sont des protéines spécifiques produites en présence de cancer. Si vous suspectez une polypose, ainsi que pour exclure la présence d'une tumeur maligne sur le col de l'utérus, vous devez effectuer un test du marqueur tumoral CA-15-30.

Cependant, les marqueurs tumoraux ne peuvent qu'indiquer la présence de processus oncologiques dans le corps. Le diagnostic final basé sur les résultats obtenus n'est pas posé.

Comment traiter un polype cervical sans chirurgie

Un traitement conservateur de la polypose cervicale est possible, mais pas toujours applicable. Il est important de comprendre que le traitement médicamenteux ne supprime pas la tumeur, mais empêche seulement sa croissance ultérieure, supprime les symptômes. À cette fin, recouru au rendez-vous:

  • médicaments hormonaux;
  • des vitamines;
  • des antibiotiques;
  • médicaments anti-inflammatoires.

Pour les polypes, une approche thérapeutique intégrée est importante. Le régime de traitement est développé individuellement.

Traitement hormonal

Le traitement hormonal est efficace en cas de déséquilibre des hormones sexuelles féminines. Des contraceptifs oraux combinés ou des progestatifs sont utilisés.

Les hormones contribuent à:

  • cessation de la croissance des polypes;
  • réduire le risque de malignité des tumeurs;
  • arrêter ou réduire l'intensité des pertes vaginales;
  • normalisation du cycle menstruel;
  • réduire le risque de saignement utérin;
  • réduire la douleur.

En aucun cas, on ne peut prendre des préparations hormonales pour le traitement de la polypose cervicale. Les types de médicaments sont sélectionnés en tenant compte des particularités d’une situation particulière, à savoir les résultats des tests sanguins pour la recherche des hormones, en fonction de laquelle le niveau exact dans le corps est déterminé.

Quelle est la différence entre COC et gestagen?

  1. Les contraceptifs oraux combinés sont prescrits pour équilibrer les niveaux d'oestrogène et de progestérone. Ces médicaments contiennent des œstrogènes et de la progestérone. Ils sont attribués à des patients en âge de procréer dont les polypes sont formés de tissus fibreux glandulaires ou glandulaires. Habituellement, dans cette pathologie, il est recommandé aux femmes de suivre un traitement hormonal basé sur l'utilisation de Regulon, Yarina, Janine et leurs analogues. Commencez à boire des comprimés devrait être à partir du premier jour du cycle menstruel. Le traitement doit être poursuivi pendant 3 semaines, après quoi une pause d’une semaine doit être prévue. La menstruation a lieu pendant cette période et, une fois celle-ci terminée, vous pouvez reprendre la prise du contraceptif combiné prescrit. La thérapie dure de 3 à 6 mois, mais le médecin peut fixer d'autres conditions.
  2. Progestatif Les médicaments de ce groupe sont basés sur la teneur en progestérone. Ils aident à éliminer les saignements et à normaliser l'activité du système endocrinien. Les médicaments les plus couramment prescrits sont: Norkolut, Utrozhestan, Duphaston et leurs analogues. Il est recommandé de prendre ces médicaments entre 11 et 25 jours du cycle menstruel pendant 10 jours. La posologie est déterminée individuellement, la durée du traitement est de 3 à 9 mois.

Antibiotiques

Les médicaments antibactériens sont sélectionnés en fonction de la maladie infectieuse à l'origine de la formation de polypes:

  1. Lorsque la chlamydia est administrée avec des antibiotiques, la série des tétracyclines ou macrolides.
  2. Dans la mycoplasmose, des tétracyclines ou des fluoroquinolones sont utilisées.
  3. Avec la trichomonase, on utilise des médicaments à base de nitromidazole.
  4. Dans la gonorrhée, les fluoroquinolones et les céphalosporines seront efficaces.
  5. Les macrolides, les tétracyclines et les fluoroquinolones ont été utilisés dans le traitement de l'urée-plasmose, de la cervicite et des annexes.

Anti-inflammatoires

Les préparations de ce groupe dans la polypose cervicale utérine sont efficaces en présence d'annexites, de cervicite, d'endométrite et d'autres maladies inflammatoires. En règle générale, les médicaments non stéroïdiens à base de kétoprofène, d'ibuprofène et de diclofénac sont prescrits. Ils sont recommandés pour être pris avec des antibiotiques. Ils soulagent la douleur, l'inflammation, réduisent la température du corps.

Enlèvement de polypes

Le seul moyen de se débarrasser complètement de la pathologie est l'ablation chirurgicale d'un polype du col utérin:

  • laser;
  • conchotome;
  • fil électrique.

Les principales méthodes sont l'élimination des tumeurs polypeuses:

  1. Polypectomie Le dévissage des tumeurs s'effectue avec des polypes simples et leurs tailles allant jusqu'à 3 cm de diamètre. Pour commencer, la jambe de la croissance est dévissée, après quoi la membrane muqueuse est grattée et le lit polyposal est cautérisé.
  2. Hystéroscopie. C'est une manipulation diagnostique et thérapeutique à la fois. Au cours de cette intervention, le médecin coupe un lit de polypes sur la couche utérine interne.
  3. Diathermocoagulation. Au cours de cette manipulation, le polype est excisé avec un couteau électrique. Mais un tel traitement se heurte à la formation d'une cicatrice et d'une trace sur le col utérin, ce qui peut ultérieurement provoquer des ruptures pendant le travail.
  4. Traitement à l'azote liquide. La cryothérapie est réalisée avec des polypes de petites tailles. Elle est réalisée du 8 au 10ème jour du cycle menstruel. Après traitement de la croissance de l'azote liquide à basse température, il meurt.
  5. Lasercogulation. La procédure est basée sur la combustion d'un polype à l'aide d'un faisceau laser. Après la procédure, il n'y a pas de cicatrices. De plus, la coagulation au laser est une manipulation sans effusion de sang.

Après avoir enlevé un polype cervical

Si, au cours d'une intervention chirurgicale ou d'un traitement matériel, tous les tissus du polype n'ont pas été retirés, une nouvelle croissance du néoplasme pathologique peut commencer à partir de la jambe restante. De plus, il est parfois possible au patient de subir des brûlures thermiques, le développement d'une sténose ou la formation de rétrécissements du col utérin. Toutes ces conditions et ces troubles sont des complications des interventions chirurgicales.

Peut-être l'apparition de pertes vaginales muqueuses ou sanglantes, ainsi que des douleurs dans le bas-ventre après 2 à 3 semaines après la chirurgie. Ces symptômes disparaissent généralement rapidement et ne nécessitent pas de traitement. Mais si nécessaire, une femme peut prendre un médicament anesthésique - Drotaverinum, Ibuprofen ou No-silo (en remplacement de Drotaverinum).

Pendant 14 jours après la sortie de l'hôpital, vous ne devriez pas:

  • effectuer des douches vaginales;
  • avoir des relations sexuelles;
  • prendre des médicaments contenant de l'acide acétylsalicylique;
  • refuser de se rendre au sauna et au bain et préférer le bain à la douche;
  • utilisez des tampons hygiéniques (vous ne pouvez utiliser que des serviettes);
  • faire du sport, faire des exercices intenses.

Remèdes populaires dans le traitement des polypes cervicaux

Les remèdes populaires contre la polypose cervicale ne sont pas particulièrement efficaces et n’affectent en aucune manière la cause de la maladie ni les zones de tissus altérés. En outre, cette maladie est encombrée par le développement du cancer, vous ne devez donc pas prendre de risque et décider de cette thérapie.

Le danger que l’auto-traitement utilise des méthodes de médecine douce réside dans le fait que la plupart des prescriptions sont associées à l’introduction de tampons intravaginaux, à l’utilisation de solutions médicamenteuses ou de décoctions. Ces éruptions cutanées peuvent entraîner de graves complications.

Avec la polypose cervicale, rien ne peut être fait sans consultation préalable avec l'oncogynécologue. Dans certains cas, l'utilisation autorisée de décoctions ou d'infusions de plantes médicinales est autorisée, mais strictement selon le schéma élaboré par le médecin. Pour cela, le patient peut avoir besoin d'une consultation phytothérapeute supplémentaire.

Prévention

Pour prévenir la formation de polypes cervicaux, il faut:

  • éviter les situations stressantes et les épisodes dépressifs;
  • subir chaque année des examens préventifs chez le gynécologue;
  • éliminer les mauvaises habitudes;
  • surveiller les indicateurs de glucose dans l'étiologie de la polypose diabétique;
  • identifier et traiter en temps voulu les maladies infectieuses des organes génitaux et d'autres maladies de l'appareil reproducteur, telles que l'érosion, la pseudo-érosion, etc.
  • évitez les rapports sexuels occasionnels;
  • utiliser une barrière contraceptive;
  • prendre des contraceptifs oraux exclusivement à l’intention du gynécologue.

Prévisions

Avec le début opportun du traitement dans 100% des cas, il est possible de récupérer complètement. Les récidives de polypose sont observées dans 10% des situations.

Les tumeurs adénomateuses représentent le plus grand risque de développement de la maladie. Une femme doit donc être surveillée régulièrement par un gynécologue. Le pronostic dépend directement de la taille et du nombre de polypes, ainsi que de la précision avec laquelle la patiente remplit toutes les prescriptions du médecin.

Loading...

Laissez Vos Commentaires